+33 2 35 24 77 10 contact@roav7.com

Découvrez ROAV7 dans Paris Normandie d’aujourd’hui !

Article écrit par Matthias Chaventré

Publié le 03/04/2019 sur paris-normandie.fr

 

Au Havre, une jeune entreprise utilise des drones comme outils de précision

 

Économie. Une start-up havraise est spécialisée dans l’étude de données lors de l’inspection d’installations. À l’aide d’engins qui n’ont rien du jouet pour grands enfants. Il s’agit bien d’une activité au potentiel important.

 

Elle a pour clients des géants comme Total, Bouygues, EDF, Perenco. Pourtant, elle est une « simple » start-up installée au Vaisseau, la pépinière d’entreprises du boulevard Amiral-Mouchez au Havre. ROAV7 officie dans l’acquisition [relevé], le traitement de données et l’inspection à l’aide de drones. Dans les secteurs de la surveillance de la bonne santé des installations pétrochimiques et de l’offshore, de la topographie et du suivi de chantier. « On peut intervenir dans n’importe quel domaine, mais on est spécialisé dans la grande précision et les milieux complexes », énonce Grégoire Grandjean, responsable commercial.

ROAV7 exerce en France, mais aussi au Congo, en Angola, au Gabon, en Afrique du Sud. « Le plus important dans notre métier est plus le traitement de la donnée que la prise en elle-même. » L’équipe est composée de dix membres, dont six se trouvent au Havre. Mais quarante employés pourraient la composer dans cinq ans, c’est en tout cas l’objectif fixé. En France, ROAV7 intervient essentiellement sur l’axe Rouen-Le Havre, à Marseille, Lyon et Grenoble. « Surtout là où il y a de l’industrie importante », résume Grégoire Grandjean.

 

 

Un constat

 

Pour l’entreprise de Paul Clais, le directeur général, tout est parti d’un constat. L’action d’inspecter des infrastructures est initialement dangereuse et coûteuse, par l’intervention de cordistes et la mise en place d’échafaudages. Alors que la nouvelle technologie permet de la capture photo et thermique. Et les données récoltées laissent place à de la modélisation. Pendant qu’il travaillait en Afrique, Paul Clais a observé cette alternative et l’a proposée ici, au Havre. Dans un milieu qui souffre encore peu de concurrence aujourd’hui. Inévitablement, il a pu y avoir de la réticence de la part des potentiels clients qui pouvaient voir ça comme un jouet. Mais les interventions réalisées en amont d’éventuelles dégradations peuvent être bien plus régulières et précises que par le passé. Et elles permettent de prévenir les pannes. Nul besoin d’attendre deux jours qu’une torche refroidisse pour intervenir.

« Il y a un gain de temps », puisqu’il n’y a pas d’arrêt de la production ou du trafic, note Grégoire Grandjean. Le drone peut accéder à la partie sensible en quelques minutes de vol, cela permet « plus de rapidité et de précision ». Pour exercer dans une telle entreprise, « il vaut mieux être couteau suisse comme dans toute start-up ». Débrouillard, ingénieur, commercial…

 

inspection par drone milieu confiné pétrochimie

 

Toujours évoluer

 

En Afrique, ROAV7 bénéficie de partenaires qui y sont établis depuis longtemps. Pour les autorisations administratives et pour faire remonter les besoins. Il convient de répondre au mieux à la volonté des clients. « Il faut s’améliorer à chaque mission. On apprend. On s’adapte », analyse Grégoire Grandjean. La technologie avance rapidement. « On est en constante évolution. D’autres acteurs le feront si on ne le fait pas. »

Des caméras à 360° ou des robots pourront faire avancer la technique. Les portes s’ouvrent. L’éolien offshore pourra devenir un marché important. Et le parc béton est important et vieillissant en France. L’avenir s’envisage ainsi à court et à long termes.

 

roav7 equipe

 

Pour découvrir l’article digital dans son intégralité, c’est sur Paris Normandie, juste ici.