TOTAL EP Congo, SATF CONGO, ROAV7 and BUREAU VERITAS, carried out the world’s first concrete inspection in a confined environment offshore

FR | ENG

The operation took place over 3 days in october 2016, on board the N’Kossa Floating Concrete Production and Storage barge which produces 35k barrels of oil a day off the coast of the Republic of Congo. Over that period, TOTAL E&P Congo (TEPC), the biggest oil producer in the Republic of Congo, SATF congo, a congolese service companies specialized in added value technologies, ROAV7, the industrial data experts and UAV (unmanned aerial vehicle or drone) specialists, as well as Bureau Veritas Marine (BV) the renowned classification society performed together a world first in the inspection of the concrete barge.

All started from the desire of TEPC to proceed to the inspection via UAV of the walls of the barge compartment in order to ascertain their health and status. Within this unique 20 years old floating unit, those inspections were usually costly and dangerous, because carried out with the help of scaffoldings or with rope access.

For this operation, ROAV7 and SATF’ staff consisted of one Field Engineer Pilot and one Project Coordinator, with the help of one TEPC inspector specialist and one BV inspector specialist. The equipments used for this operation was dispatched in 6 boxes for no more than 125 kg, without any specific logistical aspects.

Over 10 hours, the specialized UAVs, equipped with shields and projectors flew within the barge compartment. Local positioning inside the compartment, a critical aspect of the operation, was achieved thanks to 5 position beacons built specifically for this type of application.

The main operational challenge in this 14000 cu ft confined was the absolute darkness, the flight inside a closed space, the access through manholes, the magnetic field, the high speed air fan and the heavy dust on the ground.

Thanks to the coordination between TEPC, ROAV7, SATF and BV, the HSE risks were properly evaluated, the compartment well illuminated and ventilated, and the UAVs flight planned within the upmost care for safety and security.

During 2 days, the drones flew within one of the main compartment of the FPSO. They were able to take thousands of pictures and they covered every square meter of the walls, in order to be able to detect defects, corroded points and anomalies. After the team came back onshore, the processing phase of more than 40Go of data started. The resulting orthophotography, computed up to 0.02mm of precision and 0.05 mm of resolution on average was presented to the customer in less than a week.

For Jean Goudiakas, manager of the corrosion-inspection team at TEPC, this solution is attractive from a cost standpoint and from a quality standpoint : “with drones, the team can conduct this kind of operation 5 to 10 times faster than the regular solutions. Thus, the time spent offshore is drastically reduced. The overall results are more thorough and precise because the whole surface of the walls is covered. As a consequence, human errors or missed spots are minimized and HSE risks are definitely diminished”.

 

In a foreseeable future, the use of the technologies provided by SATF and ROAV7 like walls orthophotographies and 3D models of the FPSO will allow TEPC to detect the most stressed areas, to better locate and understand the anomalies and to figure out their evolution over time. Maintenance can be performed in a timely manner and recommendations from classification societies like BV can be quickly reported.

 

“The future is wide open for drones” says Justin Tchitembo, regional manager for Bureau Veritas Marine & Offshore. “Today, offshore inspections carried on with UAVs are experimental. They are not yet trusted for classification purposes but they are considered as a valued addition to traditional inspection. Thanks to the those experimental campaigns, our marine experts can :

  • familiarize themselves with inspections using drones,
  • if possible assess the reliability of the collected data compared to the previous inspections carry on with traditional process
  • collect infos to facilitate the definition of the classification scheme for the drone services companies”.

 

Once these experiments are fully satisfactory, which could take some time since the processes need to be validated by the IACS, a specific certification scheme could be drafted and approved by BV for immediate implementation.

 

 

 

 About Total EP Congo

Since 1969, TOTAL subsidiary in Congo started multiple production sites for conventional offshore oil. In 1988, with the discovery of the Moho-Bilondo field at 700m depth, the first deep offshore project in Congo was launched.  While keeping its involvement in the conventional fields well alive, Total E&P Congo embarks into a new technological challenge with Moho-Nord.

 

About SATF Congo

Established in 2007, SATF Congo provides added value services and technological solutions to the Oil & Gas industry in the Republic of Congo. The company is the leader in vehicles and fleet tracking system, CCTV and access control for industrial area.

 

About ROAV7

ROAV7’s vision is to become the leader in industrial data. ROAV7 provides to its customers data acquisition solutions with UAV, data processing services and decision support systems. Born in 2016, ROAV7 expands its footprints with projects in the Oil&Gas producing countries of the Gulf of Guinea.

 

About Bureau Veritas Marine & Offshore

Bureau Veritas Marine & Offshore is a founding member of the IACS (International Association of Classification Societies). As a trusted partner for the Offshore industry, BV works continuously on innovative solutions.

TOTAL EP Congo, SATF Congo, ROAV7, et BUREAU VERITAS réalisent la première inspection béton en milieu confiné offshore, une première mondiale.

FR | ENG

Lors d’une campagne de 3 jours en octobre 2016 sur la barge N’Kossa produisant en moyenne 35000 barils par jour au large de la République du Congo, TOTAL E&P Congo (TEPC), le premier producteur pétrolier en République du Congo; SATF Congo (SATF), société de service congolaise fournissant en technologies à hautes valeurs ajoutées dans le secteur pétrolier; ROAV7, les experts en données industrielles et en acquisition par drone, et Bureau Veritas Marine (BV), organisme reconnu de certification, ont réalisé conjointement la première inspection béton en milieu confiné offshore.

 

En effet TEPC a exprimé le besoin de procéder à une inspection par drone pour déterminer l’état des surfaces des compartiments dans cette barge unique, vieille de 20 ans et traditionnellement inspectée avec des échafaudages et des cordes dans des conditions difficiles et coûteuses.

 

Pour cette intervention, ROAV7 & SATF ont mobilisé un Field engineer Pilot et un coordinateur accompagnés d’un inspecteur TEPC et d’un inspecteur BV Marine. L’équipement mobilisé était  colisé en 6 boites pour un total de 125kg ne nécessitant aucune logistique particulière.

L’opération a été exécutée en 10 heures avec des drones spécifiquement développés pour l’inspection équipés de bouclier de pales et de projecteurs. Le positionnement local pour la localisation du drone était assuré par 5 balises développées spécialement pour cette application.

 

Les principaux défis opérationnels dans cet espace confiné de 4000m3, étaient l’absence totale de lumière, le vol en espace clos, l’accès via un trou d’homme, le fort champ magnétique, la ventilation puissante et la présence de poussière en suspension.

Grâce à la coordination entre les équipes de TEPC, ROAV7 & SATF, et BV, les risques ont pu être évalués à l’avance, le caisson ventilé et éclairé en conséquence, et les plans de vols établis dans le plus strict respect des contraintes HSE.

 

Pendant 2 jours, les drones ont volé dans un des caissons du FPSO N’Kossa, quadrillant chaque millimètre des surfaces du compartiment afin de pouvoir détecter fissures, points de corrosions et anomalies de surface. Après le retour à terre, la phase d’exploitation des 40Go de données collectées a pu commencer, et les ingénieurs de ROAV7 & SATF ont pu présenter à TEPC les premiers résultats des traitements en ortho-photographies en moins d’une semaine avec une précision maximale de 0.05mm et une précision moyenne de 0.2mm

 

D’après Jean Goudiakas, responsable du département inspection-corrosion chez TEPC, l’intérêt pour TEPC est à la fois économique et qualitatif: “les drones permettent une intervention entre 5 et 10 fois plus rapide que les moyens traditionnels donc un temps de mobilisation offshore beaucoup moins important.  Le résultat est beaucoup plus exhaustif et précis car les drones de ROAV7 couvrent avec certitude la totalité des surfaces, minimisant les risques d’erreurs humaines et d’omissions, tout cela avec des risques HSE largement diminués”.

 

A terme, l’utilisation des technologies mises en œuvre par SATF & ROAV7 comme des ortho-photographies des murs ou la reconstruction 3D de la barge permettra à TEPC de mieux détecter les zones à risques de la barge, de mieux repérer et comprendre les défauts éventuels et de suivre efficacement leur évolution dans le temps, ainsi que d’aider les responsables de maintenance à intervenir rapidement et les certificateurs comme BV d’établir beaucoup plus rapidement leurs recommandations.

 

Pour Justin Tchitembo, Responsable Régional du Bureau Veritas Marine & Offshore, « l’avenir s’ouvre aujourd’hui aux drones.  Pour l’heure, les inspections par drone, en milieu Offshore sont faites à titre expérimental.  Elles ne sont pas encore acceptées au titre des visites de classification, mais peuvent être considérées comme un moyen précieux supplémentaire  apporté aux inspections visuelles.

Les campagnes d’expérimentation menées actuellement permettent à nos Experts Marine, de :

– se familiariser aux techniques d’inspection par drone,

– juger de la fiabilité des informations recueillies, comparativement aux relevés antérieurs effectués par des moyens d’inspection traditionnels (si possible),

– collecter des informations pouvant faciliter la définition du schéma de certification ultérieure des compagnies de drone.


A l’issue des phases d’expérimentation satisfaisantes, qui peuvent encore durer quelques temps (procédé et processus devant être acceptés par l’IACS), un schéma de certification pourra être défini, puis validé par Bureau Veritas Marine & Offshore pour mise en œuvre.

 

 

 

A propos de Total EP Congo 

Depuis 1969, la filiale a mis en production de multiples sites dans l’offshore conventionnel. La découverte en 1998 de Moho-Bilondo par 700 mètres de profondeur d’eau a lancé le premier gisement de l’offshore profond congolais. Tout en maintenant sa présence dans le conventionnel, Total E&P Congo s’oriente avec Moho Nord, vers un défi technologique majeur.

 

A propos de SATF Congo

Depuis 2007, SATF Congo fournit des solutions technologiques à hautes valeurs ajoutées au secteur pétrolier au Congo, notamment dans les domaines des systèmes de géolocalisation de véhicules et de gestion de flottes et de la sécurité de bâtiments industriels, contrôle d’accès et vidéosurveillance.

 

A propos de ROAV7

La vision de ROAV7 est de devenir les experts en données industrielles. ROAV7 offre à ses clients des solutions d’acquisition de données par drones, de traitement de données et d’aide à la décision. Née en 2016, ROAV7 se développe dans le golfe de Guinée à travers de partenariats avec des entreprises locales, dans les pays pétroliers.

 

A propos du Bureau Veritas Marine & Offshore

Bureau Veritas Marine & Offshore, société de classification, membre fondateur de l’IACS (International Association of Classification Societies). Partenaire de confiance dans l’Offshore, le BV travaille continuellement à la recherche des solutions innovantes.